↑ Revenir à Arts & Culture

Historique du « Tahiti »

GACE ET LE TAHITI

Quand la guerre 1939-1945 fut terminée, et que les relations normales purent être établies entre la métropole et ce qu’on appelait alors ses colonies, il fut suggéré à ces territoires lointains d’adopter une ville sinistrée de France.

Gacé, première ville de l’Orne sinistrée (détruite deux fois, la première fois en 1940, la seconde fois en 1944) pouvait donc être « adoptée »…

Or, il se trouvait que Monsieur Alexis BIENVENU, le père du maire de Gacé tout juste élu en 1945 (Jean BIENVENU) venait de rentrer de Tahiti. Parti en 1938 pour « vivre l’aventure »,il n’avait pu rentrer en France, à cause de la déclaration de la guerre. Ce fut donc pendant sept ans qu’il vécut là-bas (surtout aux îles marquises), et qu’il  se fit beaucoup de relations… (En particulier le directeur de l’école des frères de Ploërmel qui connaissait bien Gacé). Alexis BIENVENU (aidé de ce dernier) fut un avocat efficace. Et… Gacé fut adoptée par Tahiti.

L’Ile pour aider sa filleule organisa des fêtes, des soirées de gala, des rencontres sportives, des taxes sur les spectacles furent établies, une subvention fut votée… Ces sommes venues de l’île lointaine permirent de faire « renaître » Gacé.

Pour remercier sa « marraine », quelques vénérables bouteilles de calvados furent envoyées sur l’île !! (malgré la campagne qui alors faisait tout pour lutter contre l’introduction d’alcools dans les îles…)

Mais surtout le Conseil Municipal de Gacé décida que la toute nouvelle et la plus belle rue de la ville porterait le nom « d’Avenue de Tahiti ».

Cette avenue fut inaugurée en août 1950 par le ministre de la reconstruction et par des fêtes égayées par des Tahitiens et des Tahitiennes qui apportèrent leur entrain, leur joie de vivre et créèrent – selon plusieurs témoignages – quelques troubles dans certains foyers gacéens… !!!

Il n’y a pas si longtemps encore, (quand existait à Alençon, la caserne réservée aux recrues venant d’outre mer) on pouvait voir de jeunes tahitiens se faire prendre en photo devant « Le Tahiti » – Salle inaugurée en août 1966 par le secrétaire d’état aux affaires étrangères Jean de BROGLIE (mort abattu mystérieusement dans une rue, à Paris…) mais seulement ouverte au public en 1967. Salle qui se trouve, bien sûr, en bordure de l’Avenue de Tahiti.

P.S : La somme allouée à la ville de Gacé par Tahiti faillit être « subtilisée » par un maire d’une ville de Bretagne… Heureusement Monsieur BIENVENU intervint auprès du ministre de la reconstruction. Mais « la poire » fut coupée en deux et Gacé n’obtint que la moitié de la somme prévue »… 

J. Marie CHOULET